Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/01/2012

LA GANADERIA DU GRAND SOUSSOTE

Dans le département des Landes entre DAX et ORTHEZ, près du village de POMAREZ « La mecque de la course Landaise » nous avons rencontré Francis LACOSTE propriétaire de la ganaderia du GRAND SOUSSOTE depuis 1975.Découvrons sa ganaderia et de sa vision de la tauromachie …

  • Pouvez vous nous présenter votre ganaderia ?

 Francis LACOSTE : La ganaderia a été crée en 1975 et porte le nom de notre propriété de Pomarez : LE GRAND SOUSSOTE, c’est d’ici que l ‘été partent toutes les bêtes, l’hiver elles hivernent sur 200 hectares de pinèdes a Rion des Landes.J’ai aussi une autre ganaderia au pays Basque (DARRITCHON) avec un cheptel plus réduit qui se trouve à LABASTIDE DE CLAIRENCE .Nous faisons toutes sortes de spectacles, ça va de la Course Landaise traditionnelle à la course à la cocarde, aux encierros ainsi que des capéas et tientas.

  • Comment procède t’on pour la sélection de vaches de course Landaise ?

 F.L : L’ors qu’on amène une vache à la tienta à l’âge d’environ 30 mois, on a déjà un aperçu des qualités et défauts de la bête. Des gens disent que les critères de la tauromachie Espagnole et de la course Landaise n’ont rien à voir, je ne suis pas convaincu de ça ! car une bête qui a été bonne à la cape et qui a les qualités pour faire une bonne vache de ventre en tauromachie Espagnole, il y a 9 chances pour 10 quelle soit bonne pour la course Landaise . C’est le mental de la vache et surtout le savoir-faire des personnes qui travaillent à la ganaderia qui compte beaucoup. Il faut comprendre la bête et ne pas la mettre à l’envers de ce qu’on lui demande.C’est tout un art dans l’arène de gérer le bétail et il faut compter jusqu'à 8 ou 9 ans pour confirmer une vraie bonne vache de corde. 

Quelle est votre vision de La course Landaise aujourd’hui ? 

 F . L : Aujourd’hui la course Landaise est arrivée à un stade ou nous avons beaucoup de contraintes, il y a encore les tauromaches pur et dur qui veulent voir de la course Landaise à l’état pur avec les systèmes de notation tandis que les jeunes s’intéressent moins à ce genre de spectacle et voir des spectacles variés et à émotion.Il y a actuellement 5 ganaderia en compétition formelle, et il y a une telle compétition que à chaque course les ganaderos partent quasiment avec toujours les mêmes vaches, leurs meilleures vaches, des vaches « sûres » pour ne pas prendre de risque. Ce qui a pour effet que si vous allez voir 4 fois la même ganaderia, vous risquez de voir 4 fois les mêmes vaches. Il y a un manque de variété évident ! C’est un peu ce qui lasse les gens ! 

Comment envisagez-vous l’avenir de la ganaderia ?

F.L: Aujourd’hui c’est mon fils Christophe qui a une grande part de responsabilités dans la ganaderia, il s’occupe du personnel et de la cuadrilla tandis que moi je ne m’occupe plus que du relationnel ainsi que de la sélection du bétail car c’est un métier plus que difficile.


Propos receuillis par Jérôme Contestin et Mickael Ripetti 

 

 

 

 

10:37 Publié dans Elevage | Lien permanent | Commentaires (0)